Travailler moins, vivre mieux.

 Faut-il vraiment travailleur dur pour réussir ? Est-il possible de travailler moins pour vivre mieux ? On en parle.

Moment de vérité : je suis une grande gourmande.

J’adore grignoter des petits biscuits, des carrés de chocolat et manger des gâteaux en tout genre. Spécialement si ça accompagne mon thé d’après-repas. Tous les midis et tous les soirs, c’est plus fort que moi, je prends mon thé avec un petit quelque chose à côté. Mauvaise habitude je sais, c’est un rituel transmis par ma mère qui concourt à faire de ma journée, une journée meilleure.

Il peut se passer n’importe quoi dans ma vie. Il n’y a rien qu’une bonne tasse de thé ne puisse arranger (avec son petit complément on s’entend).

Je suis comme ça, j’aime les petits plaisirs, même si je pourrais clairement m’en dispenser car on est loin de la nécessité.

Résultat, pour le travail j’ai un peu tendance à fonctionner pareil. J’ai toujours tendance à en rajouter. Il y a le nécessaire à faire et il y a ce que je rajoute autour totalement dispensable. Je ne peux pas m’empêcher de me rajouter des charges de travail. Comme si j’avais VRAIMENT besoin de ça.

On se surestime souvent. En tout cas, moi c’est le cas. Dans une journée, je me dis que je dois absolument faire «ça» et comme mon assiette n’était pas assez pleine, je rajoute tout un tas de tâches autour pour accompagner le tout.

Le problème c’est qu’à la fin de la journée, tu regardes ta liste et tu te dis que tu n’es pas arrivée au bout, que tu es débordée, que l’assiette est tellement pleine que ça dégouline de partout. Tu n’assures pas, tu n’en fais pas assez, tu pourrais faire mieux/plus. C’est probablement la raison pour laquelle nous raffolons toutes des conseils productivité et d’organisation. Pour être plus performante, plus productive et mieux organisée.


Il y a cette pensée inconsciente grâvée dans notre esprit qui veut que pour réussir il faut travailler fort.

Donc si on ne se démène pas assez, c’est qu’on ne travaille pas autant qu’il le faudrait. Forcément, on ne mérite pas tant de réussir.

Je dois te dire que c’est une pensée à laquelle j’ai totalement tordue le cou en janvier. J’étais en pleine dépression et pour me changer les idées, j’ai fait une courte vidéo où j’expliquai comment organiser son année avec Trello. J’y présentais un mini-tableau vendu dans ma boutique à 9€. Quelques jours plus tard, 140€ étaient arrivés sur mon compte bancaire juste grâce à cette simple vidéo. Je me suis dit :

« j’ai passé une heure en tout et pour tout sur cette vidéo et ça m’a rapporté autant, c’est fou !».

On s’entend que 140€ est loin d’être la somme la plus impressionnante de la Terre. Mais pour une petite heure de travail, je trouve que c’était une heure sacrément bien investie. D’autant que ce tableau continue de se vendre encore aujourd’hui …


Alors doit-on vraiment travailler plus pour gagner plus ?

J’ai compris lors de cet épisode que cela n’était pas le cas. Il faut juste être maligne et placer ses efforts au bon endroit.

 

Du coup cette semaine, puisque je suis en plein challenge, j’ai décidé de ne rien faire. Je regarde Netflix, traine sur Youtube, je ne fais pas grand chose. Limite je m’ennuie.

Parce que je sais que si je mettais à mon agenda quoique ce soit d’autre, je serai débordée.

Parce que je sais que ce qui compte c’est d’être fraîche et en forme pour mon live journalier.

Parce que je sais que cette semaine de challenge, peut me rapporter bien plus que tous les visuels que je pourrais créer pour Instagram ou deux-trois articles de blog rédigés histoire de dire que j’alimente mon site.


Alors dis-moi, es-tu une gourmande du travail
ou as-tu décidé de passer à la diète pour garder la ligne ? ;)



 

VIENS EN PARLER AVEC LA COMMUNAUTÉ :

confidencesAnnelise